L'Afrique dans le nouvel ordre mondial

L'Afrique dans le nouvel ordre mondial

ven, 09/27/2013 - 15:50

 

LA DEMANDE ÉCONOMIQUE LE DÉSIR ET LA CONTRAINTE D’INNOVER .

 

Le XXIème siècle est surtout marqué par le bouleversement total et radical des moyens de communication et des méthodes de travail. En effet, depuis la révolution industrielle, et les progrès de la technologie, les pays qui se sont démarqués économiquement, et qui ont par conséquent su imposer leur puissance à l’échelle planétaire, ont modernisé progressivement leur infrastructures en procédant à la numérisation de leurs outils de travail. Les pays industrialisés dont la puissance économique reste et demeure conséquente ont pour la plupart adopté ce modèle en innovation continue. Le nouvel ordre économique et social est surtout caractérisé par les innovations technologiques, l’orientation vers les technologies de l’information.  Au delà même d’une simple perception technique du thème,  la technologie représente une place centrale dans tous les domaines stratégiques de développement d’un pays, notamment en politique et en économie.  

 

Si la dématérialisation des données est énormément adoptée aujourd’hui, c’est bien parce qu’elle représente sans doute le fondement des stratégies de productions industrielles et de compétition mondiale. Face à son utilisation massive et à son importance dans la relance économique, la demande d’innovation technologique ne cesse d’augmenter car les plus grandes puissances, ont bien compris qu’elle est sans doute l’arme la plus crédible pour créer des emplois et  résoudre les problématiques économiques et sociales. 

 

L’Afrique vecteur stratégique capital 

 

Cependant, même si l’Afrique n’a pour l’instant pas réussi à affirmer son autorité économique, il est important de rappeler qu’elle dispose elle aussi, incontestablement, de tous les  moyens pour produire de la recherche et du développement.  La place de l’Afrique dans le monde de l’innovation et de la technologie est centrale : Elle représente le point d’encrage de toutes les stratégies de développement des pays industrialisés, en raison de la richesse de son sous-sol, indispensable à la production industrielle et à l’innovation.

 

Les activités économiques les plus à même de soutenir les stratégies de croissance les plus solides sont les productions industrielles. Leur demande augmente continuellement car elles alimentent les besoins de l'économie réelle. Ce qui, en toute objectivité, pousse chacun à se demander pourquoi malgré un énorme potentiel souterrain, l’Afrique ne produit pas assez, et ne pèse qu'1% de la production industrielle mondiale ? 

 

Approche basée sur le concept de l’éducation 

 

Plusieurs études ont montré qu’en général, quelque soit le pays considéré,  l’outil le plus efficace pour relever les défis économiques est l’investissement sur le long terme dans un système éducatif préparé.

Dans la plupart des pays développés, l’éducation nationale est en constante évolution, car les autorités, conscientes de l’impact de celle-ci si sur les réalités locales, développent une logique d’adaptabilité du système éducatif. Ainsi, lorsque ce dernier intègre les problématiques sociétales et économiques, il représente une variable d’équilibre entre la société  pour laquelle il est préparé, et  la situation économique de celle ci.

 

Dans le même temps, face aux nombre grandissant d’entreprises innovantes, la compétitivité devient inévitable. En ce sens, l’Afrique a donc deux défis à relever :

 

D’une part, réussir à moderniser ses outils de production, mais également, développer d’avantage des stratégies internes de développement dans le but d’assurer la participation à la compétition mondiale de ses entreprises.

 

D’autre part, investir dans l’éducation afin de former les futures générations pour les emplois d’avenir. 

 

Dans un monde où les inégalités sociales et économiques ne cessent de se creuser, en accentuant  principalement le sous développement du contient africain, la meilleure solution possible est le couplage d’un investissement réel et concret dans l’éducation et d'un rassemblement continental autour d'un projet économique et social commun, basé sur une vision à long terme.