Evolution globale du système

Evolution globale du système

mar, 09/17/2013 - 23:51

Vision de l'éducation sur le long terme.


 

La perspective la plus envisageable pour poser les bases d’un développement économique et social crédible et efficace, est le positionnement stratégique sur le long terme, autour de la jeunesse. Savoir l’accompagner depuis son jeune âge, jusqu'à son aboutissement professionnel complet, est sans doute l'une des meilleures solutions d’approche vers l’émergence de notre continent. 

 

Cependant, il est important de rappeler que quels que soient les principes stratégiques qui seront mis en place pour promouvoir une amélioration de nos institutions, aucun résultat crédible ne pourra s’observer sur un court terme. L’Afrique, de part son histoire et sa culture, pose en toute objectivité comme principe indéfectible, la prise en compte systématique des notions de long terme, de patience, et de rigueur, dans tous les plans de développement pour promouvoir son émergence. La réalité de ce continent est avant tout marquée par l’inactivité d’une large partie de sa population et en l’occurrence, celle de la tranche d'age supposée la plus active et la plus dynamique, la jeunesse. La majeure partie des populations africaines est jeune, et constituée de personnes âgées de 35 ans en moyenne. Or, cette réalité démographique, si elle est bien exploitée, peut facilement créer les conditions d’une relance économique. 

 

Comment l’éducation peut-elle affecter l’évolution de la société ?

 

L'un des points majeurs dans une stratégie de développement adaptée à l’Afrique, quel que soit le pays et la culture de ce dernier, est l’investissement dans un système d’enseignement capable d’anticiper les futurs besoins de notre continent d’une part, mais aussi, capable de s’adapter aux évolutions sociales et économiques du monde.  En effet, face à une compétition accrue et sans précédent des entreprises mondiales, la marge d'erreur dont dispose l'Afrique est faible. D’où la nécessité de mettre en place un système capable d'être efficace et de garantir des performances professionnelles de haut niveau aux futurs cadres de nos pays. L’investissement dans les infrastructures liées à l’éducation devient indéniable.

 

Il est également capital de savoir qu’avec le temps, le milieu et les habitudes changent en même temps que la société.  De nouveaux besoins économiques apparaissent devant l’innovation fulgurante des technologies et des systèmes d’informations  qui grandissent de jours en jours. Ces évolutions, bien qu’elles se produisent le plus souvent en occident, ont des répercussions directes sur l’Afrique.  Savoir si le système éducatif est en phase avec les secteurs socio-économiques est une question qu’il faut obligatoirement se poser. En effet, l’éducation prépare la jeunesse à occuper plus tard des rôles actifs dans l’administration de nos pays. Il est donc important que celle-ci, représente une variable d’ajustement entre d’une part les problématiques sociales, résultante des évolutions culturelles dans un milieu, et d’autre part, les défis économiques à relever et les besoins de main d’œuvre et d’efficacité qui peuvent se formuler dans de nombreux domaines.  Dans un pays comme le Niger, et de manière plus large dans bon nombres de pays africains,  la société a connu un changement radical, le plus souvent orienté vers les habitudes occidentales. Le retard inconcevable des méthodes d’enseignements et des programmes scolaires, est aussi dû au fait qu’ils ne sont plus en phase avec les réalités locales. Or, pour garantir une succession efficace et assurer l'émergence d'une jeune génération performante, il est important qu’un système identifie et anticipe les problématiques liées  aux réalités locales pour ensuite proposer des alternatives sur le long terme.  Dans beaucoup de pays africains les programmes scolaires et d’enseignements n’ont pas su s’adapter aux nouvelles réalités et montrent par conséquent leurs limites.