Le sommet UE-AFRIQUE, quelles conclusions?

Le sommet UE-AFRIQUE, quelles conclusions?

 

Après le Caire, Lisbonne et Tripoli, le sommet UE-Afrique a eu lieu à Bruxelles (Belgique) les 2 et 3 avril derniers. 60 chefs d’Etat étaient présents en vue de la consolidation du partenariat, supposé d’égal à égal, entre l’Union Européenne et l’Union Africaine. Ce partenariat est ancré dans la forte interdépendance entre les deux continents et des défis communs qu’ils ont à relever.

 

Ce quatrième sommet avait comme thème « Investir dans les populations, la prospérité et la paix » et comme objectif d’apporter des avantages concrets aux citoyens des deux continents. Si les attentes de nombreuses personnes étaient cristallisées autour des questions de la paix et sécurité en Afrique, notamment en Centrafrique, ce sommet était beaucoup plus tourné sur les aspects commerciaux de ce partenariat. Les éléments importants à l’ordre du jour comprenaient de ce fait le développement des capacités de production et d’approvisionnement, le développement des  marchés, la mise en place de l’infrastructure  et la mise en œuvre des réformes de gouvernance. Tout a été pensé pour consolider les relations commerciales entre l’Union Européenne et l’Europe tout en prônant au passage, une transformation de la structure productive de l’économie africaine c’est-à-dire l’industrialisation et la modernisation du secteur de l’entreprise. Toutes ces modifications devraient aboutir à un meilleur climat des affaires en Afrique permettant ainsi d’attirer plus d’investissements qui sont les catalyseurs du développement selon plusieurs analystes.

 

Les points clé discutés lors de ce sommet étaient :

  1. Paix et sécurité : le soutien des capacités africaines pour assurer la paix et la stabilité en Afrique
  2. Prospérité : la création d’emploi et stimulation d’une croissance durable sur les deux continents. Cette notion recouvre également toutes les actions en vue de l’accroissement des investissements et du développement économique.
  3. Populations : la défense des droits de l’Homme sur les deux continents, la création d’emplois ouverts à tous, la lutte contre le trafic d’êtres humains, l’adoption d’une déclaration distincte sur la migration et la mobilité.

 

Qu’est ce qui a été décidé ?

 

Ce sommet a abouti à l’adoption d’une feuille de route avec 5 ensembles prioritaires qui vont structurer les relations entre l’UE et l’Afrique pour la période 2014 à 2017.

Ces 5 ensembles sont les suivants :

  1. Paix et sécurité :
  2. Démocratie, bonne gouvernance et droits de l’homme
  3. Développement humain
  4. Développement et croissance durables et inclusifs et intégration continentale

Questions globales et émergentes

 

La feuille de route détaille les actions à mener à toutes les échelles (interrégionale, continentale ou mondiale) dans le cadre de chacun de ces cinq objectifs et qui devraient avec des impacts réels sur les populations des deux continents.

 

Il ne reste plus qu’à espérer qu’à l’horizon 2017, tous ces engagements seront tenus.

 

Par ailleurs, l’Union Européenne n’est pas la seule à courtiser l’Afrique. Un autre sommet aura lieu aux Etats-Unis au mois d’Août prochain : le « sommet USA-Afrique ». Il a pour objet, selon la Maison-Blanche, de « renforcer les liens avec l'une des régions les plus dynamiques » du monde. Cette prolifération de ces sommets viendrait, selon plusieurs observateurs, en réponse à la percée de la Chine en Afrique et ne viserait rien d’autre qu’un positionnement stratégique dans un continent africain en plein boom. Il revient alors à nos dirigeants africains de démêler les vraies volontés de partenariat des opportunismes.

 

Lien vers la feuille de route de ce 4ème sommet : http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/fr/ec/142099.pdf